Accueil unité

UR BioAgresseurs, Santé, Environnement

Rechercher l'Information Scientifique et Technique

 

 

 


En savoir plus sur l'hypodermose

Evolution du contrôle de l'hypodermose bovine en France


Impact de l'hypodermose bovine

C. Boulard. INRA- Nouzilly. 37380

 

Les études visant à évaluer l'incidence économique de, l'hypodermose et le coût d'une prophylaxie ont été entreprises, à la demande de différents partenaires de la filière bovine (éleveurs, industrie laitière, abattoirs, industrie du cuir).

  • Hypodermose et performance zootechniques.

A partir des années 60, le contrôle de l'hypodermose passait d'un évaronnage manuel répétitif,

(au moins quatre interventions au cours du printemps) à un contrôle précoce unique, en automne, avec l'arrivée sur le marché de nouveaux insecticides à activité systémique, beaucoup plus efficaces que les organo-phosphorés. Des projets de prophylaxie coordonnée ont alors été envisagés et l'analyse des coûts bénéfices de tels programmes engagée.

Que ce soit en Amérique du Nord, (15, 13, 9, 5, 4, 7) ou en Europe, en Grande Bretagne (3) et en Pologne (16) les résultats des travaux visant à mesurer l'impact de l'hypodermose sur la croissance des bovins confirmaient ceux menés en France par Tapernoux, Magat et Faure (17). Ces auteurs ont démontré notamment que des broutards charolais infestés par 3 à 57 varons (fig.1) accusaient un retard atteignant de 15 à 20 kilos par bovin, par rapport à des animaux indemnes d'hypodermose, élevés dans les mêmes conditions et ayant même âge et même poids 6 mois auparavant. Plus récemment, les études menées en Amérique du Nord, par un groupe d'économistes et de biologistes, aboutissaient à des résultats équivalents (11). Rappelons que le premier programme de contrôle de l'hypodermose a été initié dès 1899, par les éleveurs Danois conscients des pertes engendrées par cette maladie.

Les productions laitières sont également touchées par l'hypodermose. Des travaux irlandais comparant des exploitations maintenues infestées ou traitées font état de baisses de production de lait due à l'hypodermose, comprises entre 7.4% à 11.1%. (18). L'incidence sur les productions laitières est loin d'être négligeable et c'est à la demande des laitiers hollandais que s'est mis en place un plan de contrôle national de l'hypodermose dès 1948 (8)

  • Hypodermose et qualité de la viande

Les larves d'hypodermes en fin de migration dans le tissu sous cutané dorsal provoquent de longues traînées oedémateuses que les bouchers doivent éliminer, l'importance de ces réactions augmente avec le nombre de varons. Rich (14) et Klein (10) estimaient que pour des infestations supérieures à 10 varons la moyenne des pertes due à "l'épluchage des carcasses" était de l'ordre de 1.1kg/carcasse. (fig.2).

  • Hypodermose et qualité des cuirs et peaux

Bien que chacun des secteurs de la filière bovine puisse à lui seul justifier économiquement d'un contrôle de cette parasitose (le coût du traitement en 2000 revient de 6 à 30 francs par bovin, suivant le mode de traitement) c'est l'industrie du cuir et de la maroquinerie qui a subi les dépréciations les plus spectaculaires mais pas forcement les plus élevées financièrement (fig. 3). Outre les peaux détériorées par les trous de varons, les peaux cicatrisées restent de qualité médiocres car elles sont rendues perméables au niveau des cicatrices de varons

En France, le centre technique du cuir a été le maître d'oeuvre du contrôle de l'hypodermose jusqu'en 1978.

  • Hypodermose et statut sanitaire.

Les larves d'hypoderme secrètent des enzymes agissant sur différents facteurs participant au maintien de l'intégrité du système de défense de l'organisme des bovins (système du complément, prolifération des lymphocytes, expression des récepteurs lymphocytaires) Les larves d'hypodermes échappent ainsi, aux mécanismes de défense de l'hôte, au cours des 11 mois de leur évolution parasitaire. Ces enzymes affectent globalement les mécanisme de défense immunitaire et fragilisent l'animal en favorisant l'évolution d autres pathologies (1,2).

  • Hypodermose humaine

Les cas d'hypodermose humaine sont devenus très rares en France depuis l'application du plan varon en 1988. Ce sont surtout les enfants qui présentaient cette pathologie au cours de l'automne. Chaque année 4 à 5 cas étaient déclarés. Les signes cliniques se traduisaient par des accès fébriles souvent une forte éosinophilie et un syndrome de Larva migrans . Ces patients étaient porteurs de larves infestantes d'hypoderme. Ils avaient contracté le parasite au printemps précédant en étant au contact avec des bovins sur lesquels des oeufs d'hypoderme étaient en cours d'éclosion. Chez les humains, comme chez les bovins, ces larves ont un géotropisme négatif. Les larves d'hypoderme atteignent après quelques mois de migration, les épaules, la tête des patients et les localisations oculaires sont fréquentes (6) avec parfois pour conséquence la perte de l'oeil. Dans les cas d'hypodermose humaine ces larves n'évoluent qu'exceptionnellement au stade varon.

  • Bien être de l'animal

Bien que nous n'ayons pas de critères d'évaluation de la douleur provoquée par ces abcès dans le dos des bovins, leur attitude particulière, le dos "voussé", le grattage du dos sur les surfaces dures, suggèrent fortement que les varons sont à l'origine d'irritations. Par ailleurs, il est tout a fait évident, que le pus qui s'écoule des abcès est très attractif pour les mouches domestiques et les mouches des étables, autres agents de nuisances pour ces animaux.

Références.

  1. ARAUJO CHAVERON N., J-L .CHARBON, K. PFISTER, 1994. Influence of hypodermosis on the incidence of other diseases in cattleProceedings of the Cost Action 811 Workshop held in Thun September 1993,121-126.
  2. C. BOULARD, N. MOIRE et C. VILLEJOUBERT, 1997. Interactions entre l'hôte et le parasite au cours de l'hypodermose bovine. Le Point Vétérinaire, vol. 28.
  3. F.G. BROWN and W.E. RIPPER, 1960. The control of the ox warble fly of cattle. Proc. XI Int. Entom. Congress 2, 568-591, Vienna.
  4. J.B. CAMPBELL, W. WOODS, A.F. HAGEN and E.C. HOWE, 1973. Cattle grub insecticide efficacy and effects on weight-gain performance in feeder calves in Nebraska. J. econ. Ent., 66, 429-432.
  5. R.C. COLLINS and L.W. DEWHIRST, 1971. The cattle grub problem in Arizona : II J. econ. Ent., 64, 1467-1471.
  6. J.C. COMBE, M. BOIRON, N. MOREL, C. DUHAMEL et P.J. LECOQ, 1982. A propos.d'un cas de myiase endoculaire postérieure - Intérêt de la vitrectomie. Bulletin des Sociétés d'Ophtalmologie de France 82 (6-7), 919-21.
  7. R.O. DRUMMOND, 1987. Economic aspects of ectoparasites of cattle in North America. In the economic impact of parasitism in cattle, edited by William H.D. Leaning and Jorge Guerrero, pp 9-24. Proceedings of the MSD AGVET Symposium, Veterinary Learning Systems Co. Inc.
  8. J. HOFMAN, 1982. The fight against cattle grubs (warble fly, hypodermosis) in the Netherlands, and particularly in the province of Groningen. In Symposium on Warble Fly Control in Europe, Brussels.
  9. M.A. KHAN and J.E. LOWSON, 1965. Summer treatments for cattle grub control and their effects on horn flies and cattle weight gains. Canad. J. anim. Sci., 45, 43-50.
  10. K.K. KLEIN, 1981. Infestation and damage in slaughtered cattle : Results of the 1980 survey of the meat packing plants in western Canada. Lethbridge, Alberta : Agriculture Canada Research Station.
  11. K.K. KLEIN, C.S. FLEMING, D. DOUGLAS, COLWELL and PHILIP J. SCHOLL, 1990. Economic analysis of an Integrated approach to cattle grub (hypoderma spp.) Control. Canadian Journal of Agricultural Economics 38, 159-173.
  12. A. MAGAT and N. FAURE, 1970. Efficacité du ménichlopholan dans le traitement de l'hypodermatose bovine. Bull. Soc. Vet. Med. Comp. Lyon, 72, 275.
  13. C.B. RICH and M.A. KHAN, 1964. Control of cattle grubs and lice with systemic insecticides. Can. Entomologist, 96, 142.
  14. C.B. RICH, 1970. The economics of systemic insecticide treatment for reduction of slaughter trim loss caused by cattle grubs, Hypoderma spp. Can. J. anim. Sci., 50, 301-310.
  15. W.M. ROGOFF, P.H. KOHLER and R.N. DUXBURY, 1960. The in vivo activity of several systemic insecticides against cattle grubs in South Dakota. J. Econ. Ent., 53, 183-187.
  16. K. ROMANIUK, 1973. Studies on the pathogenesis of hypodermatosis in cattle, I: Changes in haemogram, serum protein and body weight of heifers in the complete cycle of infection with Hypoderma bovis (de Geer, 1776) larvae. Acta Parasit. Polinica, 21, 413-429.
  17. A. TAPERNOUX, A. MAGAT and N. FAURE, 1961.Influence de l'hypodermose sur la croissance des bovins. Cahiers méd. vét., 30, 1-8.
  18. H. THORNBERRY and J.E. KENNY, 1965. A review of investigations on the warble fly problem, 1900-1964, in Ireland. J. Dept. Agric., 62, 3-14.

Figure 1 - Varons sous la peau

Figure 2 - Varons dans le tissu sous-cutané dorsal et réaction oedémateuse sous-jacente

Figure 3 - Cuirs varonnés

 

 


Responsable de la publication : Jean-François Vautherot © 2003 - INRA Mise à jour : 19/03/04 Réalisation : M.C. Fauré